Vers l’Everest

CHF0.00

« Une masse triangulaire incongrue a surgi des profondeurs ; son côté se perdait dans les nuages. Très progressivement, nous avons vu apparaître les flancs d’une grande montagne, ses glaciers et ses arêtes, tantôt un éclat, tantôt un autre à travers les échancrures mouvantes, jusqu’à ce que, bien plus haut dans le ciel que ce que l’imagination avait osé suggérer, apparaisse le sommet blanc de l’Everest. C’était comme la création la plus folle d’un rêve. »

En 1921, un homme marche vers l’Himalaya, fasciné. Il est le premier Occidental à approcher le plus haut sommet du monde, à le décrire, à le photographier, et à s’élever sur ses pentes. Cet homme, c’est George Mallory. Britannique, dandy, courageux dans l’effort et l’inconfort, il est alpiniste par passion, écrivain et artiste par vocation : « Les alpinistes n’admettent aucune différence sur le plan émotionnel entre l’alpinisme et l’Art. Ils prétendent que quelque chose de sublime est l’essence même de l’alpinisme. Ils peuvent comparer l’appel des cimes à une mélodie merveilleuse, et la comparaison n’est pas ridicule. »

Mallory écrivait. Ses textes racontent au plus intime ce que fut l’exploration exaltante de l’Everest jusqu’à ce 8 juin 1924 où il disparut sur les dernières pentes du Toit du monde, qu’il fut peut-être le premier à atteindre. Et où son corps momifié a été découvert le 1er mai 1999.

Ed. Paulsen, 327 p.